La consommation réelle se rapproche de la consommation officielle

25 janvier 2019 upsa-agvs.ch – Une étude publiée récemment démontre que la consommation officielle de carburant est encore nettement supérieure à ce que les fabricants promettent. Les chiffres datent toutefois de 2017 et donc d’avant la WLTP.

abi. La consommation réelle de carburant des voitures neuves dépasse en moyenne de 39 % la consommation en test indiquée par les fabricants. Ce résultat est tiré d’une étude de l’organisme indépendant International Council on Clean Transportation (ICCT), qui a également joué un rôle dans la découverte de l’affaire Volkswagen. Le rapport se base sur une évaluation statistique des données de plus de 1,3 million de véhicules provenant de huit pays européens, dont la Suisse. Le calcul intègre des données de grandes entreprises de leasing ainsi que des informations provenant de portails de consommation de carburant et de magazines spécialisés.

C’est avec plaisir que la presse s’est emparée de ces résultats. Le problème ? Les données proviennent de véhicules neufs datant de 2017 et sont donc obsolètes. En effet, depuis le 1er septembre 2018, la nouvelle procédure d’essai « Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedure » (WLTP) s’applique dans toute l’Europe. Elle remplace le « nouveau cycle européen de conduite » (NEDC) en vigueur jusque-là. La nouvelle procédure est davantage axée sur le comportement de conduite au quotidien et devrait fournir des données de consommation plus réalistes.

« L’ancienne procédure ne reflète pas la réalité actuelle »
L’association allemande de l’industrie automobile (VDA) mentionne elle aussi la WLTP dans une prise de position vis-à-vis de l’étude. « La conclusion des rapports de l’ICCT est toujours la même : l’ancienne procédure ne reflète pas avec justesse la réalité actuelle des modèles et du trafic routier », a-t-elle déclaré sur Twitter. « Les valeurs d’émissions des voitures mesurées en laboratoire ou sur la route sont fondamentalement différentes », des conditions telles que la météo, la circulation ou le terrain ne peuvent être prises en compte en laboratoire. La nouvelle procédure d’essai illustre des valeurs de consommation et de CO2 plus réalistes et offre ainsi plus de transparence aux clients.

L’écart diminue pour la première fois
Il y a toutefois une bonne nouvelle, malgré les chiffres désuets : les examinateurs ont constaté un changement notable dans les statistiques. « Pour la première fois depuis l’introduction de notre évaluation annuelle des données de consommation de carburant en 2012, nous constatons un léger recul de l’écart entre la consommation officielle et la consommation réelle », affirme Uwe Tietge, un des chercheurs de l’ICCT et coauteur de l’étude. « Auparavant, l’écart s’accentuait chaque année. » Par rapport à l’année précédente, l’écart a diminué d’un point de pourcentage.

Les chercheurs de l’ICCT supposent que cette diminution est due à l’intérêt accru du public pour les émissions réelles des véhicules suite au scandale du diesel.

Les experts pourront évaluer les données de 2018 au milieu de cette année.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie