« Mieux cerner les besoins du client »

7 mai 2019, upsa-agvs.ch – Hydrogène, GNC, électrique ou plutôt diesel ? Chercheur de l’Empa spécialisé dans les systèmes de propulsion, Christian Bach explique pourquoi les garagistes devraient miser davantage encore sur le conseil en matière de propulsion. 
 
kro. La discussion sur le climat bat son plein, les écoliers font grève et même le PDC prend le train écologique en marche. Que se passe-t-il ?
Christian Bach : Le problème du changement climatique résonne au sein de la population. Cela peut avoir des répercussions sur le marché des véhicules, car les dispositions légales et les aspects techniques ne sont plus les seules priorités des constructeurs : le comportement des consommateurs est aussi enclin à changer. 

La discussion s’appuie sur le CO2, un gaz à effet de serre. Aujourd’hui déjà, on peut affirmer qu’importateurs et constructeurs n’atteindront pas d’ici 2022 le seuil minimal de 95 grammes par kilomètre et qu’ils seront donc passibles de lourdes amendes. Quelles solutions suggérez-vous ?
Importateurs et constructeurs connaissent le problème. Pour le moment, ils misent sur les méthodes qui, en théorie, permettent de réduire au maximum les émissions. Reste à voir si ces solutions tiendront bien leurs promesses en matière de réduction de CO2

Que voulez-vous dire ?
Prenons l’exemple des hybrides rechargeables. Sur le papier, ces véhicules affichent une valeur seuil de CO2 très faible, mais dans la réalité, ils génèrent bien plus d’émissions, à l’instar des véhicules électriques, qui affichent une valeur seuil égale à zéro pour les constructeurs. Pour ces deux systèmes de propulsion, le potentiel de réduction de CO2 est surestimé. La méthode correcte serait donc d’évaluer les émissions réelles, mais les opposants sont nombreux. Il serait ironique d’investir d’énormes sommes dans de nouvelles technologies de propulsion et de n’obtenir qu’une amélioration minimale, voire nulle. En plus de cela, nous risquerions de perdre la confiance des consommateurs. 

Parmi les véhicules neufs, le nombre de diesels diminue chaque année. Dans le secteur de l’occasion, en revanche, c’est l’inverse. Comment évaluez-vous la situation actuelle sur le marché ?
Les demandes provenant régulièrement d’acheteurs inquiets montrent bien que l’incertitude est toujours omniprésente. Souvent, ces personnes sont à la recherche d’un système de propulsion écologique, mais elles ne savent plus quoi penser des nombreux avis divergents à ce propos.

Si vous n’étiez pas chercheur mais garagiste, que leur répondriez-vous ?
J’essaierais de mieux cerner les besoins réels des clients afin de leur présenter les avantages et les inconvénients de chaque modèle de propulsion dans le cadre d’un entretien de conseil approfondi. Au terme de notre discussion, le client devrait avoir l’impression d’être mieux informé qu’avant. À l’avenir, il sera encore plus important pour les concessionnaires de disposer de toutes les informations pertinentes dans le domaine des propulsions et de pouvoir les présenter de manière adéquate. C’est aussi un appel à la formation continue.

Lisez l’interview complète de Christian Bach dans l’édition 6/19 d’AUTOINSIDE.
 
Information unilatérale des médias et des autorités​

Souvent, les médias n’évoquent que l’électromobilité comme solution de remplacement de l’essence et du diesel. Les véhicules à gaz ne sont presque jamais mentionnés, par les autorités non plus d’ailleurs. Christian Bach explique pourquoi :

« La législation en vigueur concernant le CO2 ne tient compte que dans une moindre mesure des avantages des véhicules à gaz. C’est pourquoi seuls les spécialistes les connaissent. Par exemple, les véhicules fonctionnant au biogaz affichent des valeurs de CO2 sur leur cycle de vie similaires à celles des véhicules électriques fonctionnant aux énergies renouvelables. Si toutefois les consommateurs ne sont pas en mesure de faire eux-mêmes cette comparaison, ils ne connaîtront jamais ces faits. Si nous disposions, pour les véhicules, d’une législation sur le CO2 technologiquement neutre, ces informations seraient plus visibles. Reste que, dans le monde entier, le nombre de véhicules à gaz augmente fortement au sein des parcs de véhicules et parmi les véhicules utilitaires et les bus. »

Le manque de connaissances sur la mobilité GNC est grand. Un nouveau site Internet vient combler cette lacune: www.cng-mobility.ch
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires