Pour Fritz Indra, l’électromobilité n’est rien de plus qu’une mode

15 juin 2020 upsa-agvs.ch – «Les voitures électriques représentent une fraude à l’environnement.» C’est sous ce titre que le SonntagsZeitung a publié une interview du légendaire concepteur automobile Fritz Indra. Cet ingénieur de 80 ans estime que l’avenir de l’automobile appartient aux e-carburants.
 

Pour le légendaire développeur de moteurs Fritz Indra, l'électromobilité ne contribue pas à la protection du climat. Source: Daniel Reinhard

sco. Le gouvernement allemand souhaite encourager l’achat de véhicules électriques et hybrides rechargeables grâce à une prime d’achat pouvant atteindre 9000 euros. Il s’agit d’aider l’industrie automobile allemande à se redresser aussi rapidement que possible au terme de la pandémie de coronavirus. Dans le SonntagsZeitung du 7 juin, Friedrich «Fritz» Indra se montre sceptique vis-à-vis de cette prime d’achat et de l’électromobilité.
 
L’Autrichien, qui a passé sa vie professionnelle à concevoir des moteurs à combustion et à se montrer critique face à l’électromobilité, ne voit aucune expansion de celle-ci, estimant qu’il s’agit tout au plus d’une mode. «L’expansion concerne quelques rares pays tels que l’Allemagne qui ont augmenté les subventions, mais elle n’existe pas à l’échelle mondiale. Les ventes ont fortement baissé en Chine et aux États-Unis l’année dernière lorsque les subsides accordés aux voitures électriques ont été réduits. Par rapport à celui de l’année 2018, le nombre d’immatriculations dans le monde est pratiquement resté inchangé en 2019.»
 
Au sujet de la percée de la voiture électrique annoncée depuis des années, Fritz Indra ajoute: «Tous les pronostics sont illusoires, car les gens n’achètent pas de produit plus mauvais que celui qu’ils ont déjà. Ils se contentent de continuer à conduire leur voiture thermique qui a fait ses preuves. Il n’y a en effet rien à l’horizon qui puisse offrir les mêmes avantages aux clients qu’un produit que des millions d’ingénieurs ont développé et amélioré résolument depuis plus d’un siècle.»
 
Pour M. Indra, l’électromobilité ne contribue pas non plus à protéger le climat: «Les matières premières requises pour fabriquer les batteries, telles que le cobalt et le lithium, sont extraites du sous-sol congolais et chilien dans des conditions indignes pour les mineurs. En Asie, de l’électricité bon marché et polluante issue des centrales caloriques usuelles dans cette région du monde est utilisée pour produire les batteries.»
 
L’image écologique et respectueuse du climat de la voiture électrique relève surtout du marketing, en particulier du fait des politiciens. Et l’Autrichien d’ajouter: «La chaîne de fabrication globale est ignorée, consciemment ou inconsciemment. De nombreux politiciens ont certainement déjà constaté la pagaille qu’ils ont semée. Pour des gens qui réfléchissent à l’échelle du monde, il est irresponsable d’encourager quelque chose qui ne contribue pas à protéger le climat.»
 
Fritz Indra pense qu’Elon Musk, le fondateur de Tesla, est un génie du marketing: «Jusqu’à présent, il est le seul gagnant de la mode de la voiture électrique.» En Suisse, la Tesla Model 3 figure parmi les modèles les plus vendus. M. Indra explique que le pouvoir d’achat suisse n’y est pas étranger tout en relativisant ces chiffres de vente: «En Suisse, le nombre d’individus qui peuvent se permettre d’acheter une Tesla est disproportionné. De nombreux conducteurs de Tesla disposent toutefois aussi d’une Ferrari ou d’une Porsche dans leur garage.»
 
Pour le vétéran de l’automobile, qui a notamment travaillé chez BMW, Audi, Opel et GM au cours de sa carrière et qui continue d’enseigner à l’université de technologie de Vienne en tant que professeur honoraire, les carburants synthétiques, et non les batteries, constituent la réponse au changement climatique. «Lorsqu’ils sont produits, de tels carburants extraient du CO2 de l’air. Lorsqu’ils sont brûlés dans des moteurs à combustion neufs ou anciens, ils dégagent à nouveau du CO2. Les moteurs à combustion sont donc climatiquement neutres sur l’ensemble du cycle, si bien que les experts considèrent qu’ils sont largement supérieurs aux systèmes de propulsion électriques. Il serait plus judicieux d’affecter les subventions au développement de carburants synthétiques.»
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires