L’hydrogène n’est pas plus intéressant que la batterie

17 juillet 2019 upsa-agvs.ch – Quelle est l’empreinte de gaz à effet de serre des propulsions alternatives? Des chercheurs se sont posé cette question et ont comparé le cycle de vie de voitures électriques avec celui de véhicules équipées d’une pile à combustible dans le cadre d’une étude. 

20190717_wasserstoff_920px.jpg

pd./cst. C’est une question brûlante pour les automobilistes et les constructeurs: quelle technologie est la plus prometteuse et émet le moins de CO2? La pile à combustible ou la batterie? Pour le compte de H2 Mobility Deutschland, le Fraunhofer-Institut für Solare Energiesysteme (ISE) a analysé les émissions de gaz à effet de serre de plusieurs modèles de véhicule lors de leur fabrication, de leur utilisation et de leur élimination. Concrètement, des voitures équipées d’une batterie ou d’une pile à combustible affichant des autonomies d’au moins 300 kilomètres ont été testées sur les périodes allant de 2020 à 2030 et de 2030 à 2040.

Divers scénarios concernant la production d’électricité ou d’hydrogène ont été pris en considération. L’électricité destinée aux voitures fonctionnant à l’aide d’une batterie provient, dans le meilleur des cas, d’une installation photovoltaïque, alors que le mix électrique allemand correspond au cas le moins favorable. Pour produire l’hydrogène, les chercheurs ont par exemple étudié l’électrolyse à base d’électricité éolienne (meilleur cas) et le vaporeformage de gaz naturel (pire des cas). Les deux technologies ont en outre été comparées avec une voiture de tourisme diesel utilisant du gazole fossile.

Résultat: d’après l’ISE, même dans le pire des scénarios, les émissions de gaz à effet de serre de la voiture fonctionnant avec une pile à combustible sont inférieures à celles d’un véhicule à batterie comparable (batterie de 90 kWh) chargé à partir du mix électrique allemand pour un kilométrage de 150'000 km. Les voitures diesel fonctionnant au gazole fossile font par ailleurs état d’émissions de gaz à effet de serre plus élevées.

20190717_elektro_920px.jpg

Mais ce n’est pas tout: «L’étude montre aussi que les voitures munies d’une batterie et les véhicules équipés d’une pile à combustible se complètent. Pour des autonomies importantes, les voitures à pile à combustible sont plus écologiques, tandis que les voitures à batterie le sont pour de faibles autonomies», affirme Christopher Hebling, chef du département Technologies à base d’hydrogène à l’ISE. Sur la période courant de 2020 à 2030, les voitures munies d’une pile à combustible, par exemple, affichent une meilleure empreinte de gaz à effet de serre que les véhicules électriques assortis d’une batterie dont la capacité dépasse 45 kWh.

Conclusion: d’après l’étude, les voitures à pile à combustible sont plus écologiques que les véhicules propulsés électriquement et alimentés par une batterie d’autonomie semblable. Les voitures électriques embarquant une petite batterie s’en sortent toutefois mieux que les véhicules emportant une pile à combustible. Selon les chercheurs, la limite se situerait à une capacité de 50 kWh. Pour un kilométrage supérieur à 150'000 km, les deux technologies sont plus respectueuses de l’environnement que le diesel.
 
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires