«Mieux observer la mobilité intelligente»

9 septembre 2020 upsa-agvs.ch – Lors de l’AG de la section zurichoise de l’UPSA, Stephan Sigrist, fondateur et directeur du laboratoire d’idées «W.I.R.E.», a présenté les conséquences de la numérisation sur la mobilité et l’activité des garages. Un voyage passionnant dans le futur, dont l’expert a profité pour balayer certains mythes.
 
sigrist-artikel_1.jpg
Stephan Sigrist ose se pencher sur l'avenir de la mobilité : Quelle. AGVS médias


jas. Avant le traditionnel repas du soir de l’AG de la section zurichoise de l’UPSA, Stephan Sigrist, orateur invité du laboratoire d’idées «W.I.R.E.», a une nouvelle fois captivé son audience en proposant un aperçu de l’univers de la mobilité intelligente. Le scientifique a démontré de manière flagrante que la mobilité restera un élément clé de la société de demain. «Il se passe bien des choses à bien des niveaux, mais il vaut la peine de mieux observer le domaine», explique l’orateur de 45 ans en prenant l’exemple des voitures autonomes: «Les constructeurs nous ont promis des véhicules autonomes, mais la réalité est toute autre. Les voitures sans conducteurs sont chères et complexes.» Sur Internet, il faut en effet souvent prouver que l’on est un être humain et pas un ordinateur en identifiant des panneaux de circulation ou des voitures. Une anecdote qui montre bien les progrès technologiques réels dans ce domaine. «Le futur est peut-être prévisible à long terme, mais il est impossible de faire des prévisions détaillées», ajoute cet auteur et stratège.
 
Stephan Sigrist a aussi déclaré que tout ne serait pas numérisé, mais uniquement ce qui promettait d’être utile. «Le service de transport Uber est peut-être un concept génial, mais il faut aussi qu’il soit rentable. Partant du principe en 2010 que les véhicules autonomes ne nécessiteraient plus de conducteurs en 2020, ses fondateurs ont pris en compte 10 ans de pertes. Mais au final, leurs calculs se sont révélés trop optimistes.» Le fondateur de «W.I.R.E.» a aussi donnée du courage aux garagistes de l’UPSA: «La diversité des véhicules augmentera avec la mobilité multimodale. Ils seront en effet mieux adaptés aux besoins des utilisateurs, mais nécessiteront aussi un entretien dans un garage et des systèmes d’arrimage.»
 
Stephan Sigrist a également présenté dans une brève vidéo les faiblesses des voitures autonomes et à quel point il était facile de les mettre hors service. Le scientifique est allé à l’encontre de la promesse de réduction des embouteillages grâce aux voitures autonomes et a ajouté: «Pendant un siècle, la voiture a été un symbole de statut social. Cela ne changera pas. Et malgré toute cette numérisation, l’orientation vers la clientèle, la compréhension des clients et un service aimable seront toujours importants.» Tout cela, un garagiste peut tout à fait le proposer sans numérisation excessive. De plus, les voitures offrent des émotions et des expériences concrètes. «C’est un énorme potentiel», conclut Stephan Sigrist. «Un point important: il ne faut pas forcément faire ce que tout le monde fait, mais mieux observer, choisir des perspectives plus larges et garder un esprit critique.»
 
20200904_gv_agvs_zuerich_-_sigrist_-_70.jpg
Christian Müller, président de la section, lors de l'assemblée générale de la section AGVS de Zurich. Source : AGVS media


Contrairement à la tradition, la section zurichoise de l’UPSA n’a pas accueilli ses membres à l’AG de l’Albisgüetli (Zurich) au printemps mais début septembre. Et il a fallu adopter un plan de sécurité avec désinfection du micro et du pupitre entre chaque orateur. Christian Müller, président de la section, a fait part de ses réflexions: «Je n’aurais jamais pensé que mes demandes concernant des conditions-cadres sûres lors de mon intervention de l’année dernière à l’AG prendraient une telle proportion aussi rapidement.» Sa section et le comité ont été fortement encouragés ces derniers mois à réduire les conséquences de la crise du coronavirus pour les membres. Christian Müller a aussi déclaré que ces mesures radicales seraient maintenues encore longtemps et qu’un retour à la normale n’avait pas encore été défini clairement.
 
Puis, les 41 membres de section votants et autres invités ont reçu des informations sur l’introduction du nouveau procédé de confirmation des réparations, sur la PQ 2020 du domaine de la formation et sur la bonne collaboration avec l’école technique suisse de Winterthour (STFW). Diego De Pedrini, directeur, a ensuite parlé du budget de la section: «Nous sommes en septembre et nous parlons du budget 2020. Je vous prie de l’approuver ou nous risquons d’avoir un problème.» Les rires de l’audience ont été aussi clairs que l’approbation des participants. Ceux-ci ont en effet suivi les recommandations du comité sur tous les points.
 
Feld für switchen des Galerietyps
Slideshow

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires