Défis et réponses actuelles des ­fournisseurs d’énergie

L’électromobilité en Suisse

Défis et réponses actuelles des ­fournisseurs d’énergie

4 avril 2024 agvs-upsa.ch – L’électromobilité gagne du terrain en Suisse. Mais malgré l’intérêt et l’engagement croissants des fournisseurs d’énergie, il reste encore quelques défis à relever. Energie 360, BKW et Agrola sont trois de ces acteurs clés qui s’engagent activement dans le développement de l’infrastructure de recharge et proposent des solutions ­innovantes. Ilir Pinto


Si l’infrastructure de recharge est suffisante, la barrière à l’entrée de l’e-mobilité sera moins importante. Photo : Agrola


Energie 360, dont les racines plongent dans l’approvisionnement en gaz, est aujourd’hui largement implantée et propose une multitude de prestations et de produits ; l’entreprise, dont le siège est à Zurich et à Lausanne, planifie, construit et exploite des solutions énergétiques ainsi que le chauffage à distance et est leader dans le domaine du biogaz, des installations solaires et des pellets de bois. Depuis 2017, Energie 360 compte la mobilité parmi ses domaines d’activité. « L’électromobilité va s’imposer, même si c’est avec un peu de retard », affirme avec conviction Martin Kessler, responsable des ventes de l’électromobilité. Energie 360 est active dans toute la Suisse dans les domaines de l’immobilier, de l’artisanat et de la recharge publique. « Nous équipons surtout des immeubles locatifs et commerciaux avec des possibilités de recharge et travaillons avec des entreprises partenaires qui disposent d’un grand nombre d’immeubles », explique Kessler. Il est convaincu que « si l’infrastructure de recharge est suffisante, la barrière à l’entrée de l’e-mobilité sera encore plus faible, et les propriétaires de biens immobiliers profiteront également de la plus-value ».

A l’avenir, partout avec une CB
La filiale Gofast permet de répondre à la demande de stations high power sur les grands axes routiers, avec une puissance de charge pouvant atteindre 300 kW. Selon Kessler, l’entreprise est le deuxième plus grand fournisseur de recharge rapide après Tesla. « Notre ambition est que les clients puissent à l’avenir payer partout, en plus de la carte de recharge et de l’application, avec leur carte bancaire », dit-il.

Il recommande aux garagistes qui envisagent d’équiper leurs places de stationnement pour clients de stations de recharge, une station de recharge moyenne à rapide. « Un client passe au maximum une heure dans le garage. Pour que le niveau de charge change de manière significative pendant ce temps, la puissance doit être d’au moins 100 kW ». Une station de recharge AC vaut tout au plus la peine d’être montrée. « Si l’on présente et vend une voiture électrique, on doit aussi pouvoir expliquer comment la charger correctement », explique Kessler.

Pas de « droit à la recharge »
BKW Energie SA occupe la troisième place des principaux fournisseurs d’énergie en Suisse. Le producteur et fournisseur d’électricité construit des infrastructures pour l’e-mobilité dans toute la Suisse et est un fournisseur de solutions globales (concept, planification, construction, entretien, gestion de l’énergie, système de paiement). « En Suisse, il y a suffisamment d’investisseurs pour les infrastructures de recharge », déclare Peter Arnet, directeur d’E-Mobility. Il estime toutefois qu’il reste encore quelques défis à relever. « Les politiques continuent d’agir avec beaucoup d’hésitation », dit-il. Un autre défi est de trouver les « bons » endroits, c’est-à-dire les propriétaires de biens immobiliers qui autorisent l’installation d’une station de recharge. Si les propriétaires s’y opposent, les locataires en Suisse – contrairement à l’Allemagne par exemple – n’ont pas de « droit à la recharge ». Et la majorité des recharges se font à domicile. Le fait de dépendre de stations de recharge publiques freine l’e-mobilité chez environ 60 % des locataires en Suisse.

Question sous
Aux points de recharge publics, le problème suivant guette : le système de paiement et de facturation. Il y a là de grandes différences de prix entre les fournisseurs. De plus, il existe souvent une incertitude quant au coût final du chargement. Le manque de transparence a de quoi rendre chèvre, tout comme la diversité des fournisseurs ; les consommateurs doivent installer plusieurs applications sur leur smartphone ; même les cartes de recharge supérieures ne couvrent jamais toutes les bornes de recharge. « Nous partons du principe qu’à l’avenir, il sera plus facile de charger en payant avec une carte de crédit », explique Arnet.

Quel type de station de recharge Peter Arnet recommande-t-il aux garagistes ? « L’électromobilité va arriver, et chaque garage doit s’en occuper et proposer des possibilités de recharge », est convaincu Arnet. De plus, cette exigence est souvent imposée par les fabricants aux distributeurs de marques. Si l’espace est disponible, il faut se demander si l’on investit soi-même ou si l’on propose l’espace à un investisseur. Et selon les besoins et l’exploitation, il faut encore se demander s’il faut miser sur les stations de recharge AC « normales », donc lentes, ou plutôt sur les stations de recharge DC, plus chères et rapides.

Recharge en milieu rural
Agrola est active dans le secteur de l’énergie et de la mobilité. Elle propose une large gamme de produits et de prestations, dont des stations-services et des infrastructures de recharge. « En collaboration avec nos partenaires, les coopératives régionales Landi, nous exploitons actuellement 26 sites publics Agrola équipés de bornes de recharge pour une recharge rapide ou accélérée », explique Andreas Maurer, responsable des solutions de recharge. « En outre, nous avons mis en œuvre des stations de recharge AC dans des parkings souterrains d’immeubles d’habitation et dans des bâtiments publics. Nous sommes également actifs dans la gestion de flottes commerciales »

Andreas Maurer estime lui aussi que « les possibilités de subventions pour l’installation de stations de recharge sont positives ». Lors de la mise en œuvre sur place, les différentes directives de construction ou les accords avec les fournisseurs d’électricité locaux représentent un défi. Il voit des défis dans les prix d’installation pour les biens immobiliers ou dans la prise de décision avec les copropriétaires. Andreas Maurer recommande généralement aux garagistes des stations de recharge d’une puissance de 30 à 60 kilowatts. La plupart des véhicules seraient ainsi chargés au bout d’une heure. « Bien entendu, des systèmes plus puissants, d’une capacité allant jusqu’à 400 kW, peuvent être installés si nécessaire », ajoute M. Maurer.
 
Série Mobilité électrique dans le garage (2/5)
Les médias de l’UPSA abordent le sujet avec une série d’articles sur différents aspects de l’infrastructure de recharge. Dans la deuxième partie, nous examinons le sujet du point de vue des fournisseurs d’énergie et des prestataires de services. Dans les prochaines éditions, des experts complèteront et approfondiront le tableau du point de vue des utilisateurs, des autorités et des garages.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

7 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires